Neurotypologie by Olivier Verraver

Rééducation Fonctionnelle

S’il existe 16 typologies psychologiques décrites dans le MBTI®, il existe 4 motricités principales qui ont chacune une biomécanique particulière.

Voici quelques exemples influençant la biomécanique de chaque motricité:

+ Stratégie de Hanche ou de cheville
+ Pronateur ou supinateur
+ Axe de rotation du rachis sur D8-D10 ou sur L5-S1
+ Vision périphérique ou centrale
+ Regard facilité en haut ou en bas et à droite ou à gauche
+ Etc…

A Chaque motricité correspond des forces et des faiblesses à mettre en rapport avec les pathologies que nous pouvons rencontrer dans notre pratique professionnelle.

Un bilan précis en neurotypologie permet de comprendre les mécanismes pathologiques et de respecter le fonctionnement de l’individu dans sa rééducation afin de pouvoir lui proposer des outils thérapeutiques qui permettent de le soigner mais également de le stabiliser dans le temps en respectant ses préférences motrices.

Micronutrition

Tout part du cerveau et de l’intestin.
Celui-ci renferme plus de 100 millions de neurotransmetteurs.
Le cerveau est la tour de contrôle de notre organisme. Il fait passer un nombre incroyable de messages en direction ou en provenance de toutes les parties de notre corps.
Il nous permet également de penser, de stocker de l'information sous forme de mémoire et de communiquer avec notre environnement.
Un cerveau en santé dépend des nutriments mis à sa disposition par l’alimentation.

En combinant les typologies, on peut déterminer le type de tempérament d’un individu, ce qui permet de connaître l’axe de neurotransmission sur lequel s’appuie principalement cette personne, cela peut être la dopamine, la sérotonine, le GABA ou encore l’acétylcholine.

Si nous avons chacun des neurotransmetteurs prédominant, il faudra veiller à en avoir les précurseurs en suffisance. Le lien direct avec notre alimentation est ici établit.
Des informations plus détaillées sur ce sujet sont disponible sur le site Bourquin Nutrition.

Préparation Physique / Fitness

Un bilan en neurotypologie permet de mettre en évidence les préférences motrices et psychologiques d’un sportif.
Pouvons nous dès lors accepter de mettre en place des programmes standards en sachant que ceux-ci ne respecteront que partiellement ces préférences?

Que soit pour un programme de fitness ou de musculation, pour la mise en place d’un échauffement type en sports collectifs ou pour le développement des facteurs physiologiques de la performance sportive, il est indispensable de respecter le principe d’individualisation, ce qui n’est pas toujours aisé à mettre en place dans toutes les structures sportives.

L’indispensable consiste à individualiser les corrections en fonction des préférences motrices pour un même exercice, ce qui est toujours réalisable.

La neurotypologie a donc toute se place dans des structures collectives. Elle permet à chaque niveau de l’entrainement de respecter toujours plus le sportif amateur ou professionnel.